Que fait un photographe quand il ne prend pas de photos ? Il prend tout de même des photos. Ou il écrit. Ou il rêve qu’il écrit et photographie. C’est le cas de Julien Mignot, habitué des commandes de presse (et collaborateur de Libération), toujours par monts et par vaux pour répondre aux besoins de ses commanditaires. Entre deux prises de vue utilitaires, il vole des instants au temps, retient la fuite comme on essaye de capturer un songe. A l’image de ce mince tuyau d’arrosage jaune qui remplit d’un filet d’eau une piscine bleu-vert, le photographe sait qu’il n’y a pas d’échappatoire : les gouttes filent dans l’océan, il est illusoire de les retenir.
Pourtant, toutes les photographies [de ce livre] sont des remparts à l’oubli et à la course du quotidien, des moments à soi, des visions intimes. Il a puisé dans le dossier « divers » de son ordinateur et a extrait ces photographies prises entre 2009 et 2016 et qui ne trouvaient pas preneur, celles qui ne jouent aucun rôle, celles qu’il a gardées pour lui. Il les partage aujourd’hui, très simplement, sous forme de tirages de tailles multiples, de projection ou de réglettes lumineuses avec douze diapositives. Les images sont indifféremment en noir et blanc ou en couleur. Elles n’ont pas un style particulier ou d’idée sous-jacente. Dans les moments de « lâcher prise », comme il dit, dans ces entre-deux, il saisit délicatement des étreintes, un arbre en hiver ou de belles voitures. […]

Clémentine Mercier

Parution
02/07/2018
Collection
Hors Collection
Format
245 x 185
Français
Relié couverture cartonnée
96 photographies couleurs et noir et blanc
176 pages
ISBN : 978-2-35046-453-4
Photo 1 - tirage de tête avec le procédé Fresson, format 13 x 19 cm, signé, numéroté et tiré à 12 exemplaires Photo 2 - tirage de tête pigmentaire, format 13 x 19 cm, signé et numéroté à 84 exemplaires
  • 96 Months
    Photo #1
  • 96 Months
    Photo #2

Julien Mignot

Photographe

Julien Mignot (1981) vit à Paris. Artiste autodidacte et collectionneur. Il réalise à la fois des portraits pour la presse (New-York Times, le Monde, Libération,…) et la musique (Believe, Wagram, Universal), des reportages dans les coulisses des défilés de mode ou les ateliers des grandes marques (Chanel, Hermes…), à la Philharmonie de Paris (ésidence depuis 2010). Il a commissionné la partie française du Festival de l’Image d’Amman en Jordanie. Il a créé le studio J’adore ce que vous faites ! Et réalise en 2018 son premier court métrage (M. Amalric, D. Bonnard, V. Du Bois). Il expose ses images à Paris (Salon Approche, Galerie Leica, Galerie Intervalle, Agnès B.), Genève, Sydney (Festival Heads On).

Philippe Azoury est un journaliste et critique de cinéma français né en 1971. Collaborateur des Cahiers du cinéma depuis 1998, Philippe Azoury a également signé des textes pour Libération, Les Inrockuptibles et Vogue1. Mais aussi à la revue semestrielle Capricci dédiée au cinéma. Il travaille actuellement pour Obsession, le supplément culturel du Nouvel Observateur1.
Il est l’auteur de plusieurs livres d’entretiens et monographies de cinéasts, et est sans doute un écrivain passionné par le cinéma autant qu’un journaliste.