Le nom qui efface la couleur

  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur
  • Le nom qui efface la couleur

Le nom qui efface la couleur

Israel Ariño voit en noir et blanc. Son travail évoque une vision qui lui est chère : la disparition et les traces fugaces qui en résultent, inaccessibles à notre rationalité. Les outils avec lesquels il fait corps, moyen format et chambres photographiques, induisent sa pratique d’une photographie lente, grâce à laquelle il voit et entrouvre les lisières du monde. Ses images bâtissent un décor métaphorique aussi bien originel que contemporain : des visages, des paysages, animaux, nuages. Ces objets divers apportent les pièces manquantes au puzzle mystique qu’il poursuit et qu’il construit au fil de ses déambulations intuitives. Il faut qu’il soit subjugué par son sujet pour extraire de notre environnement quotidien cette pietà, ces silhouettes aquatiques, ces gamins qui regardent demain et défieraient quiconque de les en empêcher, ces chemins qui disparaissent, ces bâches noires dressées vers la trouée du ciel et parées de rosée pour nous être aimable, ces cœurs nichés dans la friche ; l’inextricable côtoie le dérisoire et pourtant tout fait sens ; un sens qui dépasse l’âge des hommes et qui pourtant nous rappelle à notre propre humanité, à la place que l’on prend et à celle que nous laissons. Le nom qui efface la couleur n’est ni un constat, ni le symptôme d’un monde qui disparaît, que l’on aurait perdu. C’était mieux avant n’a pas cours ici.
Co-production
Ediciones Anómalas - Nature Humaine
Parution
16/05/2014
Collection
Hors Collection
Format
200 x 240
Français
Relié couverture cartonnée
53 photographies en trichromie
104 pages
ISBN : 978-2-35046-312-4
Revue de presse

Le nom qui efface la couleur

De cet ouvrage il a été tiré 30 exemplaires de tête numérotés accompagnés d’un tirage original*, numéroté et signé. * Trois photographies différentes, tirées chacune en 10 exemplaires.
  • Le nom qui efface la couleur
    Photo #1
  • Le nom qui efface la couleur
    Photo #2
  • Le nom qui efface la couleur
    Photo #3

Israel Ariño

Photographe

Israel Ariño est né en 1974 à Barcelone.
Après des études en photographie à l’Institut d’Estudis Fotogràfics de Catalunya (IEFC), il se forme en gravure et sculpture à la Faculté des Beaux Arts de Barcelone. Il complète sa formation en photographie par la rencontre de différents photographes, Manel Esclusa, Llorenç Raich, Bernard Plossu, M. Szulc Kryzanowski ou Pablo Ortiz Monasterio.
Depuis 2001, il expose son travail régulièrement en Espagne et en France.
Sylvie Durbec est née à Marseille en 1952. Après ses études à Aix-en-Provence, elle devient professeur de lettres jusqu’en 2006. En 2007, elle est immobilisée pendant trois mois suite à un grave accident de voiture. Cet épisode modifie son rapport au temps et décuple son énergie. La lecture l’aide à supporter la douleur. Elle décide de prendre une retraite d’enseignante anticipée, ce qui lui permettra de créer un an plus tard, chez elle, la “Petite librairie des champs”, près d’Avignon. Écrivaine, traductrice, elle a publié des romans (Un été de Reine en Finlande, Fayard, 2000, Un bon indien est un indien mort, Fayard 2002), des récits (L’apprentissasge du détachement, Fayard 2000).