Au premier abord, la vallée qui s’étend sur une dizaine de kilomètres peut sembler morte. D’une beauté à vous couper le souffle, mais déserte. Cependant, si l’on tend l’oreille, on se rend compte que dans cet environnement, les sons se propagent bien au-delà du regard. Il suffit de ranger la carte que l’on transportait et de s’engager sur les sentiers pour apercevoir les manifestations du vivant qui, alors que le soleil est au plus haut, s’est réfugié à l’ombre des oliviers. Si l’on prend le temps de suivre le bruit de la cloche qui pend au cou de la vache, le bruissement d’un torrent montagneux, les notes qui s’échappent d’un poste radio sur la plage, le bruit des sabots qui résonnent sur le sol ou encore le bruit du moteur de la Harley que l’on entend au loin, alors on peut entrevoir ce visage de la Corse qui, à défaut d’y prêter attention, risquerait de nous passer sous le nez.
« Je suis tombé en amour avec la robustesse de l’île, et j’ai commencé à prendre mes propres notes et tenir un journal d’un endroit à un autre », explique Anton Renborg, photographe d’origine suédoise qui a sillonné l’Île de Beauté pendant quatre étés (2006 à 2009).
Parution
23/06/2014
Collection
Hors Collection
Format
210 x 300
Anglais/Français
Relié couverture cartonnée
35 photographies en couleur et noir et blanc
64 pages
ISBN : 978-2-35046-317-9
Revue de presse
Pour rendre possible l’édition de cet ouvrage, nous vous proposons de souscrire à une offre exclusive d’un tirage en édition limitée accompagné d’une photographie* originale signée et numérotée (format tirage 18 x 24 cm).
* Choix possible entre quatre photographies, chacune étant tirée à 9 exemplaires.

Suite à votre commande vous recevrez un mail de confirmation vous demandant le numéro d'image de votre choix.
  • Notices de la Corse
    Photo #1
  • Notices de la Corse
    Photo #2
  • Notices de la Corse
    Photo #3
  • Notices de la Corse
    Photo #4

Anton Renborg

Photographe

Anton Renborg est un jeune photographe suédois vivant en France depuis un an. A venir et revenir dans cette île, chaque été, cinq années durant, le photographe a fait rentrer dans son appareil photographique le ying et le yang d’une Corse qui ne se réduit ni aux parties de pêches des touristes à short fluo, ni à la splendeur de paysages si grandioses qu’ils réduisent l’humain à taille microscopique. Jouant à la fois de l’effet de détail et du regard panoramique, comme si l’oeil était au perpétuel défi de trouver la juste équation, Anton Renborg a mesuré à quel point il n’était pas nécessaire d’accuser les contrastes pour qu’ils apparaissent. Ses images attestent, l’air de rien, des chocs de civilisation.

Natacha Wolinski

Auteur, Journaliste