Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?

  • Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?
  • Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?
  • Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?
  • Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?
  • Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?

Quel temps il fait, Stéphane Duroy ?

« Le texte qui suit, rédigé en 2010, est consacré à L’Europe du silence, un livre majeur de Stéphane Duroy. Il traite des rapports de l’image photographique et de l’histoire, de l’exil, du temps photographique imaginé par Stéphane Duroy. Il explore une question trop souvent ignorée : l’enchaînement des images dans un livre, la façon de construire un essai photographique. Il met en lumière la fragilité de nos connaissances, montre combien l’incertitude est déterminante dans la création photographique. Ce texte tente aussi de comprendre pourquoi la part la plus intéressante de l’image photographique est l’éblouissement hallucinatoire qu’elle véhicule, la perception de ce qui est en train de s’effacer et en même temps de ce qui est dans un état d’émergence, de l’aube et du crépuscule du temps et de l’histoire. »

E.N.

Parution
17/01/2017
Collection
Hors Collection
Format
110 x 165
Français
20 photographies en noir & blanc
64 pages
ISBN : 978-2-35046-418-3
Commander

Ezra Nahmad Est critique et photographe. Il obtient une maîtrise d’Histoire de l’Art à l’université de Florence en Italie. Écrivain et traducteur dans une maison d’édition, il rédige des textes pour les musées et les grands sites archéologiques à Rome. Artiste en même temps qu’écrivain, il peint et produit quelques installations. Après cette période italienne, il retourne à Paris, où il exerce plusieurs métiers avant de revenir à l’écriture en tant que critique, et à la peinture, puis à la photographie. Il écrit sous plusieurs pseudonymes, le plus utilisé étant Zaha Redman. Il s’engage dans la photographie en autodidacte, sans se considérer comme un photographe.

Stéphane Duroy

Photographe

Stéphane Duroy commence en 1977 un travail sur la grande mutation que connaît l’Angleterre à l’époque du thatcherisme… Parallèlement, il entreprend en 1980, un travail sur Berlin-Ouest, qui le conduira, après la chute du Mur, dans l’ex-Allemagne de l’Est et en Pologne. En 1991, il reçoit, au World Press Photo, le premier prix dans la catégorie « nature et environnement » pour sa photo sur la pollution dans l’ex-République démocratique allemande. Il reçoit, en 2003, une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian qui lui permet de faire ce travail sur le Portugal.
Huit livres de Stéphane Duroy aux éditions Filigranes :
Une saison en Lorraine (1998) ; L’Europe du silence (2000) ; Cercle de famille (2004) ; Unknown (2007) ; Berlin (2009) ; 1297 (2009) ;  Distress (2011) et Geisterbild (2012)