Ce livre publie pour la première fois le travail réalisé par Mathieu Pernot en Roumanie en 1998 dans le cadre d’une bourse de la Villa Médicis hors les murs. Ce voyage, qui constitue un épisode singulier dans le travail de l’auteur, révèle avec simplicité la force des lieux et la puissance des visages auxquels il a fait face. Ces photographies offrent un glissement silencieux sur la réalité des communautés tsiganes d’Europe de l’Est.
Les photographies publiées dans ce livre ont été réalisées en 1998 lors d’un voyage en Roumanie. Vingt années se sont écoulées avant que j’apprivoise ces images et les exhume du classeur où elles étaient conservées à l’état de négatifs. Un temps long et nécessaire pour me défaire du sentiment de ne pas avoir été au-delà d’un simple effleurement du réel. Il m’est aujourd’hui impossible de nommer les personnes ou d’identifier les endroits qui figurent sur ces pages. Je ne perçois rien d’autre que le souvenir de rencontres éphémères, la force des lieux et la puissance des visages qui m’ont fait face. Ces images ont été faites dans un autre temps de l’histoire de la photographie. À la fin d’un siècle où il fallait développer les clichés en chambre noire pour les voir apparaître. Une époque où le modèle ne voyait pas instantanément l’image qui était faite de lui. Un temps où le photographe pouvait lui-même décider d’attendre des années pour les révéler. M.P.

 

Ouvrage co-édité avec l’Hôtel des Arts de Toulon à l’occasion de l’exposition Survivances de Mathieu Pernot du 8 juillet au 1er octobre 2017 Hôtel des Arts, Toulon. Exposition inscrite dans le cadre du Grand Arles Express- Rencontres de la photographie d’Arles 2017.

Co-production
Hôtel des Arts, Toulon
Parution
06/07/2017
Collection
Hors Collection
Format
210 x 280
Français
Broché avec rabats
60 photographies en bichromie
72 pages
ISBN : 978-2-35046-423-7

Mathieu Pernot

Photographe

Mathieu Pernot, né en 1970 à Fréjus, vit et travaille à Paris ; après des études d’histoire de l’art à la faculté de Grenoble, il entre à l’École nationale de la photographie d’Arles, d’où il sort diplômé en 1996. Son œuvre s’inscrit dans la démarche de la photographie documentaire mais en détourne les protocoles afin d’explorer des formules alternatives et de construire un récit à plusieurs voix.
Le Jeu de Paume lui a consacré une exposition en 2014. Il reçoit le Prix Niépce en 2014 et le Prix Nadar en 2013.