Une île est volontairement laissée sans désignation, c’est un possible, une narration réelle et fictionnelle, qui retrace l’attraction qu’exerce ce lieu sur l’imaginaire. L’ouvrage rassemble des photographies prises entre 2012 et 2015, un texte original de Jean-Yves Jouannais, et des extraits d’un essai de Rafael Argullol “ L’attraction de l’abîme”, publié en 1983. Tous ces éléments traitant à leur manière de certains aspects de l’île de Rügen située dans le Nord-est de l’Allemagne sur la mer Baltique, dont les falaises de craie, s’abîmant dans la mer, ont été immortalisées le peintre romantique Caspard David Friedrich en 1818. Putbus, première station balnéaire de l’île, est fondée en 1816 et plus tard, d’autres stations sont créées. En 1936 les autorités nazies planifient une station composée d’un immeuble uniforme de six kilomètres qui fait face à la mer : Prora. Celui-ci, cité balnéaire contenue dans une barre unique de 5 kilomètres organisée par la KdF : Kraft durch Freude (la force par la joie), a pour but d’accueillir 20 000 vacanciers en même temps. Le bâtiment construit aux deux tiers, n’est jamais terminé, car la guerre interrompt sa construction, et ses ruines, alignent 10 000 chambres répétées à l’identique sur 5 étages, avec toutes, une vue sur la mer. Il sert ensuite de base militaire pour l’armée soviétique pendant la guerre froide, et disparait momentanément des cartes.

Ruegen, la plus grande des île allemande (900 km2), est située sur la mer Baltique, entre la Pologne et le Danemark. Sa géographie est instable et ses contours mouvants. Les falaises de craie de l’île, descendant vers la mer pour s’y écrouler, emportent avec elles les arbres et toute la végétation qu’elles contiennent.
Le livre Une île, regroupe des photographies réalisées à Rügen entre 2011 et 2013, et des images trouvées, documents anonymes, d’archives ou vernaculaires. L’origine de chaque image n’est pas précisée, laissant l’île dessinée, flotter entre le possible et l‘imaginaire.

Cet ouvrage a reçu le support du Conseil Général des Bouches-du-Rhône et de la Casa de Velázquez, Académie de France à Madrid.

Co-production
Cnap - Centre national des arts plastiques
Parution
04/01/2021
Collection
Hors Collection
Format
195 x 282
Anglais/Français
Relié couverture cartonnée
81 photographies en couleur et en noir et blanc
72 pages
ISBN : 978-2-35046-518-0

Marie Sommer

Photographe

Marie Sommer est plasticienne, photographe et vidéaste formée à l’école des arts décoratifs et à l’école de photographie d’Arles. Elle publie avec les éditions Filigranes et LE BAL, Teufelsberg, en 2010, ouvrage accompagné d’un texte de Jean-Yves Jouannais, puis devient pensionnaire de la Casa Velázquez à Madrid en 2012 et résidente du Centre Photographique d’Ile de France en 2016 et de la Cité internationale des Arts en 2017. Son travail a été exposé au Centre Culturel de Rentilly, au Deichtorhallen à Hambourg, à la Fondation Gulbenkian à Paris, au Kyoto Art Center au Japon, etc… Depuis 2018 elle est artiste-chercheuse au sein de Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire au sein de l’Université du Québec à Montréal, en partenariat avec le Fresnoy Studio National des Arts contemporains à Tourcoing.
Jean-Yves Jouannais est né en 1964. Il a été rédacteur en chef de Art Press pendant 9 ans. Critique d’art et commissaire d’expositions : Biennale de Venise, 1995 ; “Le Fou dédoublé. L’idiotie dans l’art du XXe siècle”, Moscou, 2000 ; “La Force de l’art 02”, 2009). Il a entamé un cycle de conférences intitulé “L’Encyclopédie des guerres” au Centre Pompidou, programmé pour 4 années.

Rafael Argullol i Murgadas, né à Barcelone en 1949, est un écrivain catalan et espagnol, philosophe, poète, blogueur et professeur d’esthétique à l’Université Pompeu Fabra à Barcelone, où il dirige également l’Institut Universitari de Cultura.