Un autre jeu

Un autre jeu

Documentaliste de formation, Benoît Luisière collectionne les photos de famille. Pas les siennes : celles des autres… Avec un intérêt tout particulier pour leurs inépuisables répétitions, son attention a rapidement porté sur ce que l’on entrevoit dans ce rituel familial, sans jamais la nommer : la mise en scène d’une fiction, par petits mensonges consentis.
"Quand je crois être celui-ci, vous me voyez celui-là. Y aurait-il autant de "Je" qu’il y a de "Vous" ? A cette question j’imagine des réponses probables et des malentendus certains. Qu’est-ce qui est véritablement constant dans l’identité, sinon son éternelle (dé)(re)construction.
Les photos de famille sont mes petits théâtres de papier brillant, dans lesquels à la fois Moi et Autre, un personnage hybride et transitoire y joue "l’hypothèse de soi". Suis-je bien cet Inconnu ? J’hésite…
Je superpose et j’assemble des fragments de visages anonymes avec le mien. Grâce à ces "bouturages" je mets à l’épreuve une lointaine certitude, celle d’être bien celui-là, représenté sur la photo. Nous n’apercevons de nous que des images ou des reflets. Alors, comment ne pas se tromper de temps en temps ? Je brouille les cartes de la fiction familiale en m’invitant, par anachronisme, à venir côtoyer celui que j’ai été. Il pourrait être mon fils, mais c’est moi. Et pour les mêmes raisons, il ne peut être mon père, puisque c’est moi.
Co-production
La Conserverie, Metz
Parution
06/11/2014
Collection
Hors Collection
Format
145 x 200
Relié couverture cartonnée
31 photographies en couleurs et noir et blanc
72 pages
ISBN : 978-2-35046-324-7

Un autre jeu

De cet ouvrage il a été tiré 30 exemplaires de tête numérotés accompagnés d'un ensemble de quatre tirages original, numéroté et signé.
L'ensemble est présenté dans une pochette cristal.
Benoît Luisière né en 1972, habite en région Toulousaine. Documentaliste de formation, il collectionne les photos de famille anonymes avec un intérêt particulier pour leurs inépuisables répétitions. Son attention a rapidement porté sur ce que l’on entrevoit dans le rituel photographique familial, sans jamais la nommer : la mise en scène d’une fiction, par petits mensonges consentis. La rencontre avec ce document photographique a fortement influencé ses réflexions actuelles sur l’image de soi, l’identité et la mémoire.