Méditerranée

  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée
  • Méditerranée

Méditerranée

La Méditerranée, mère de notre civilisation
Mer et mère si l’on admet que toute vie vient des océans. « La mer toujours recommencée… » chante Paul Valéry dans Le Cimetière marin. La mer peuplée par l’imagination des anciens dieux et déesses : Aphrodite, Neptune, Poséidon…, par l’errance de Paul de Tarse, de Marie-Madeleine, de Marco Polo, de Chateaubriand… Et pour moi, ce signe infini gravé sur l’objectif de la caméra nous rappelle cette rencontre de la mer et du ciel :
Elle est retrouvée !
Quoi ? l’éternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil
Rimbaud

Je traversais en 1951 le détroit de Gibraltar. Je voyais l’Afrique pour la première fois. Je commençais mes voyages-reportages pour la revue Réalités pour qui j’ai travaillé pendant plus de vingt ans. Je découvrais le monde : l’Italie, Rome, la Sardaigne, la Sicile, le Gargano ; la Grèce, Lesbos, Paros ; Jérusalem, Bethléem, le Liban, Alexandrie, l’Égypte, la Tunisie, l’Afrique du Nord… et l’année dernière encore, en bateau, je vis Délos et l’Italie du sud. Aujourd’hui le miracle de la photographie nous révèle la lumière de la Méditerranée. Pour moi ce n’est pas seulement l’image, c’est quoi ? c’est aussi notre vie à tous, notre corps dans la mer. C’est une invitation à voir cette Méditerranée avec des yeux neufs.
Edouard Boubat Avril 1997

Parution
04/06/2015
Collection
Hors Collection
Format
170 x 225
Français
Relié couverture cartonnée
40 photographies en bichromies
64 pages
ISBN : 978-2-35046-356-8
Commander

Edouard Boubat

Photographe

Édouard Boubat est né en 1923. Il passe son enfance à Montmartre puis étudie la photogravure à l’école Estienne. C’est après guerre, en 1945, qu’il découvre la photographie. Il vend les six volumes de son dictionnaire pour acheter son premier appareil photographique : un Rolleicord au format 6X6, et réalise sa fameuse photographie : La petite fille aux feuilles mortes, 1946.
En 1947, il rencontre Lella, qui deviendra sa muse. La même année, il obtient le prix Kodak.
La revue « Camera » le publie pour la première fois en 1950, année où il réalise « l’arbre et la poule », autre photographie emblématique de son oeuvre.