De l’autre côté de l’eau

  • De l’autre côté de l’eau
  • De l’autre côté de l’eau
  • De l’autre côté de l’eau
  • De l’autre côté de l’eau
  • De l’autre côté de l’eau

De l’autre côté de l’eau

« Portée par la lecture insistante de l’œuvre de Flaubert, j’ai composé une série photographique sur notre territoire commun. Les Girouettes où je séjourne régulièrement se situant non loin du pavillon de Croisset, à une boucle de la Seine près.

Rien de ce décor ne semble avoir changé, hormis les inévitables poussées industrieuses et les plongées interdites dans le fleuve. C’est juste une Normandie plate, grisaillée, sans séduction apparente, où le trop de vert peut, disait-il, agacer les dents comme un plat d’oseille crue. Et la boue ne sèche qu’en été. Inlassablement, j’y passe des journées entières dans les arbres, à tailler, planter, greffer, récolter et remplacer les fruitiers abîmés.

Une fois descendue de mes pommiers, j’entretiens une autre forme de compagnonnage, longeant avec Flaubert nos rives, rêves intemporels. Si ici, les drames, les joies et les jours se suivent dans une apparente semblance, tout s’y vit au tremblement près. C’est rien ou presque pour l’œil indifférent, mais tellement pour une rétine qui l’accueille. »

Parution
14/10/2021
Collection
Hors Collection
Format
210 x 250
Français
Relié couverture cartonnée
28 photographies en couleurs
64 pages
ISBN : 978-2-35046-545-6

De l’autre côté de l’eau

Édition limitée, tirée à 20 exemplaires numérotés accompagnés d’un tirage photographique signé par Sylvia Ney. Choix possible entre quatre photographies, chacune tirée à 5 exemplaires, tirages argentiques 25 x 20 cm.
  • De l’autre côté de l’eau
    Photo #1
  • De l’autre côté de l’eau
    Photo #2
  • De l’autre côté de l’eau
    Photo #3
  • De l’autre côté de l’eau
    Photo #4
Commander

Sylvia Ney

Photographe

Sylvia Ney La diversité de son œuvre alterne peinture, sculpture et photographie témoigne d’une quête plurielle menée à belle allure : trois temps, un mouvement. Saisie tactile ou visuelle d’objets détournés de leur univers où surgit un imaginaire ouvert à l’incessant échange entre mémoire et oubli. Le temps est au cœur d’une exploration battant aux tempes de l’histoire.

Nathalie Epron, auteure et docteure ès lettres, y vient parfois écrire des pages.
Je vis aussi à Paris et c’est une autre histoire de vie et de photographies dont certaines ont été exposées en Chine (Suzhou Museum of Art, Changshu Museum…) et à Bruxelles sous l’égide de Inspiring Culture.