Guy Hersant, un photographe en campagne

Saint-Jean-Brévelay
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne
  • Guy Hersant, un photographe en campagne

Guy Hersant, un photographe en campagne

Saint-Jean-Brévelay

En ouvrant en juin 1983 un travail d’une année à Saint-Jean-Brévelay et dans les communes environnantes du Morbihan, le photographe Guy Hersant répondait en voisin lorientais d’alors, à une commande de la BPI* du Centre Pompidou à Paris.

A cette l’époque, la campagne bretonne bruisse sous le vent d’une modernité qui déferle depuis les années soixante en remembrement, en mécanisation, en stabulations libres et en salles de traite, en ensilage de maïs, en bâtiments d’élevages qui s’affranchissent de la vieille architecture des fermes, en décohabitation des jeunes agriculteurs d’avec les anciens, en coopératives, en Politique agricole commune de ce qui était encore la Communauté économique européenne.

La mission photographique avait pour but de témoigner de ce grand virage de la Bretagne agricole dont le Groupe d’études en sociologie rurale du CNRS** – organisme partenaire du projet avec la BPI – avait déjà observé les amorces dans la commune à partir justement de ces années soixante.

A Saint-Jean-Brévelay, l’accent est mis sur les volailles et les travaux du CNRS mentionnent la commune comme pionnière dans la mise en place d’un développement industriel d’élevages de dindes et poulets. Le chambardement dépasse le seul objet agricole et s’avère sur la durée être une révolution culturelle. Les adhérences à l’ancien monde s’affichent en cottes de travail, en casquettes, en blouses, en chandails, en pratiques et joies collectives tandis que pointent déjà les combinaisons inspirées par l’usine et les « payes de lait », les emprunts au Crédit agricole et les supérettes. Ainsi, au-delà de la forme, la moisson photographique de Guy Hersant vaut enquête ethnographique sur la mue de la société rurale de la fin du xxe siècle.

Gilles Luneau

Parution
11/03/2020
Collection
Hors Collection
Format
168 x 220
Français
Broché avec rabats
162 photographies en bichromie
168 pages
ISBN : 978-2-35046-497-8
Commander

Guy Hersant

Photographe

Guy Hersant né en 1950 en Loire-Atlantique. Après un apprentissage artisanal de la photographie, puis employé dans différents studios, il s’installe à Lorient en 1975. Ses origines, sa révélation très jeune du goût des voyages et son intérêt pour le monde paysan dont il est issu, l’ont souvent conduit à photographier en France, en Chine et depuis 1971 en Afrique.

Co-fondateur à Lorient du groupe Sellit en 1979, créateur et directeur de 1982 à 1989 des Rencontres photographiques en Bretagne et de la galerie Le Lieu, il fut commissaire d’expositions aux biennales de la photographie africaine de Bamako entre 1994 et 2001.

Installé à Paris en 1990, il travaille sur de grands chantiers et architectures contemporaines de la capitale. A partir de 2001 et durant une dizaine d’années, à travers commandes ou résidences d’artiste, il aborde le monde du travail comme sujet principal, réunissant en portraits de groupe des personnes exerçant différentes activités et métiers au Nigeria, Ghana, Mali, Gabon ainsi que dans diverses régions de France.

Expositions dans des musées, institutions, festivals : BPI G.Pompidou (Paris), Musées Arts Décoratifs (Nantes), Musée Rimbaud (Charleville-Mézières),
Marco Museo (Vigo), La Filature (Mulhouse), Port-Musée (Douarnenez), Musée d’Evreux…

Il est l’auteur de monographies principalement aux Editions Filigranes.
Ouvrage publié en 2019 : Ouessant – texte Mona-Ozouf.

Marie-Hélène Lafon Professeur agrégée de Lettres Classiques, elle choisit d’enseigner dans un collège situé en Zone d’Éducation Prioritaire. Elle commence à écrire en 1996. Son premier roman, “Le Soir du chien”, a reçu le prix Renaudot des lycéens. Elle préside le prix littéraire des lycéens de Compiègne en 2003-2004. “Histoires” obtient le Goncourt de la nouvelle en 2016.
Dans ses ouvrages, elle fait parfois référence « aux lectures qui m’ont nourrie, aux auteurs, aux langues surtout, Louis Calaferte, Gustave Flaubert, Jean Genet… »