Pour le malheur de l’Occident, parce que leurs destins se sont croisés, Staline, Rosa Luxembourg et Adolf Hitler ont fait de Berlin la capitale de la douleur.
Dès sa proclamation le 9 novembre 1918 à Berlin, Weimar a connu une existence aléatoire, tant les réactions négatives ont été nombreuses et violentes, de l’intérieur mais également de l’extérieur : révolution (spartakiste), coups d’Etat (W. Kapp, A. Hitler), inflation (1923), dettes de guerre (traité de Versailles).
Anéantie par la défaite, ces événements ont précipité l’Allemagne dans un cauchemar qui dura 71 ans.
Or l’élite, confuse dans ses analyses et souvent complice, n’a pas su anticiper l’enfer national-socialiste ni la suite communiste, et malgré la qualité de sa pensée, la nation allemande est devenue le laboratoire de ses propres démons. Le 1er régime, brutal, a duré 12 ans (1933-1945) et a détruit les fondements éthiques de la civilisation occidentale.
En réaction, le second régime (1949-1989), pétri de bonnes intentions, n’a pas pu en définitive contenir ses pulsions totalitaires. Il a ruiné l’utopie socialiste en 40 ans.
Cette tragédie allemande a connu son épilogue le 9 novembre 1989 avec la chute du Mur.
Stéphane Duroy, New York – juillet 2009

Ce livre est numéroté et tiré à 800 exemplaires.
Ce titre est actuellement épuisé et il nous reste très peu d’exemplaires de cet ouvrage, ce qui explique le prix actuel de 50 €
Parution
19/10/2009
Collection
Hors Collection
Format
210 x 300
Broché avec rabats
18 Photographies en bichromie et couleur
16 pages
ISBN : 978-2-35046-186-1
Commander
Revue de presse

Stéphane Duroy

Photographe

Stéphane Duroy commence en 1977 un travail sur la grande mutation que connaît l’Angleterre à l’époque du thatcherisme… Parallèlement, il entreprend en 1980, un travail sur Berlin-Ouest, qui le conduira, après la chute du Mur, dans l’ex-Allemagne de l’Est et en Pologne. En 1991, il reçoit, au World Press Photo, le premier prix dans la catégorie « nature et environnement » pour sa photo sur la pollution dans l’ex-République démocratique allemande. Il reçoit, en 2003, une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian qui lui permet de faire ce travail sur le Portugal.
Huit livres de Stéphane Duroy aux éditions Filigranes :
Une saison en Lorraine (1998) ; L’Europe du silence (2000) ; Cercle de famille (2004) ; Unknown (2007) ; Berlin (2009) ; 1297 (2009) ;  Distress (2011) et Geisterbild (2012)