Une fois encore, Stéphane Duroy est allé sur les traces des tragédies qui marquèrent l’Europe du XXe siècle. Ici, il fait remonter à la surface le souvenir de l’exil forcé de nombreux Portugais.
Aujourd’hui, sans direction, le Portugal lutte pour préserver son identité, pour construire autour des brillantes conquêtes de son passé, autour de l’imprégnation du catholicisme, tuteur moral omniprésent dans l’âme portugaise, et autour du redoutable héritage de Fernando Pessoa, personnage emblématique à la lucidité acide et paralysante.
Ce travail photographique né d’un fort parti pris ignore les grands mouvements de cette « jeune civilisation » où information, spiritualité, environnement, culture et diplomatie riment avec consommation et profit.
En conséquence – question de survie –, l’exil s’imposa aux Portugais. Le XXe siècle fut une tragédie pour la jeunesse. La Première Guerre mondiale en décima une partie, l’émigration se chargea du reste. L’exode de sa population fut parmi les plus élevés d’Europe.
Co-production
Fondation Calouste Gulbenkian
Parution
07/05/2009
Collection
Hors Collection
Format
210 x 260
Relié couverture cartonnée et toilée
30 photographies en couleur et noir et blanc
40 pages
ISBN : 978-2-35046-167-0
Commander

Stéphane Duroy

Photographe

Stéphane Duroy commence en 1977 un travail sur la grande mutation que connaît l’Angleterre à l’époque du thatcherisme… Parallèlement, il entreprend en 1980, un travail sur Berlin-Ouest, qui le conduira, après la chute du Mur, dans l’ex-Allemagne de l’Est et en Pologne. En 1991, il reçoit, au World Press Photo, le premier prix dans la catégorie « nature et environnement » pour sa photo sur la pollution dans l’ex-République démocratique allemande. Il reçoit, en 2003, une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian qui lui permet de faire ce travail sur le Portugal.
Huit livres de Stéphane Duroy aux éditions Filigranes :
Une saison en Lorraine (1998) ; L’Europe du silence (2000) ; Cercle de famille (2004) ; Unknown (2007) ; Berlin (2009) ; 1297 (2009) ;  Distress (2011) et Geisterbild (2012)