Oumar Ly

Portraits de brousse

Oumar Ly

Portraits de brousse
Ce sont : une natte de paille tressée, un homme les bras tendus déployant son large boubou, ou encore le blanc de la portière de la 2CV du photographe… qui composent les mises en scène bricolées par Oumar Ly lors de ses déplacements dans les villages. Il commence par faire de simples clichés d’identité. Puis, les villageois de cette région du nord Sénégal, qui découvrent en ce début des années 60 la photographie, l’invite à venir réaliser les portraits de famille.
La "natte" permet, ainsi, d’isoler ce qui paraît ingérable dans le cadre :l’extérieur insignifiant et superflu. Instinctivement, donc, à la manière de certaines représentations de Madone de la Renaissance, le photographe rompt la perspective faisant se tenir le sujet principal devant un fond tendu entre le paysage et l’objectif.
Les modestes accessoires, un tabouret, un seau de plastique ou le grain d’un mur de pisé, finissent d’accomplir le portrait de la famille et du
village tout entier. On les imagine, plusieurs derrière le photographe, venu au spectacle de la séance de photographie.
Ouvrage édité avec le soutien de :
– Marie-Louise & Fils
– Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’ambassade de France au Sénégal
– La souris du le gâteau
 

Oumar Ly

Portraits de brousse
Est né en 1943 à Podor, au Sénégal, où il vit et travaille. Rien ne prédestinait ce fils de marabout au métier de photographe. C’est au hasard d’une rencontre avec un militaire français qu’il découvre la photographie. Très vite le jeune Ly acquiert son premier appareil. En 1963, il ouvre le studio Thioffy. Ses archives constituent une indéniable richesse patrimoniale. Mis en valeur par l’association Marie-Louise & Fils, les Portraits de brousse.
Frédérique Chapuis est journaliste à Télérama, auteur et commissaire d’exposition. Elle a beaucoup écrit sur des artistes africains ou ayant travaillés en Afrique. Il y a quelques années elle a découvert ce photographe Oumar Ly a Podor au Sénégal.