Mexico City Waltz

  • Mexico City Waltz
  • Mexico City Waltz
  • Mexico City Waltz
  • Mexico City Waltz
  • Mexico City Waltz
  • Mexico City Waltz

Mexico City Waltz

Sur les traces de trois ouvrage cultes, Tristessa de Jack Kerouac, Au dessous du Volcan de Malcolm Lowry et Les Tarahumaras d’Antonin Artaud, Nicolas Comment a vécu deux mois en résidence au Mexique. Mexico City Waltz est avant-tout un poème-photographique composé de doubles pages qui font rimer les images entre-elles et constituent une sorte d’équivalent visuel de la « littérature spontanée » chère à Jack Kerouac (et auquel le titre de cet ouvrage fait référence). À l’opposé d’une vision catastrophiste et attendue du Mexique, Mexico City Waltz rend hommage à la beauté et à la sensualité mexicaines d’aujourd’hui. On y croise trois jeunes femmes, « brunes comme une mûre » (Malcolm Lowry) qui sont les véritables héroïnes de ce livre. À travers elles, c’est la ville de Mexico toute entière qui nous apparait dans son intimité : comme si la mégalopole avait elle-même été mise à nu…
Parution
02/04/2012
Collection
Hors Collection
Format
230 x 315
Anglais/Français
Relié couverture cartonnée
50 photographies en couleur
64 pages
ISBN : 978-2-35046-243-1
Revue de presse

Mexico City Waltz

Edition limitée tirée à 24 exemplaires numérotés accompagnés d’un tirage photographique* (format 22 x 30 cm) signé par Nicolas Comment.
* Choix possible entre quatre photographies, chacune étant tirée à 6 exemplaires.
Suite à votre commande vous recevrez un mail de confirmation vous demandant le numéro d'image de votre choix.
  • Mexico City Waltz
    Photo #1
  • Mexico City Waltz
    Photo #2
  • Mexico City Waltz
    Photo #3
  • Mexico City Waltz
    Photo #4

Nicolas Comment

Auteur, Musicien, Photographe

Diplômé de l’École Nationale des Beaux-Arts de Lyon (1997) et de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (1999), Nicolas Comment publie son premier livre de photographies en 2001 aux éditions Filigranes, « La desserte » (texte d’André S. Labarthe), qui sera suivi par « Le point » en 2003 et « A*** » en 2004.
Diverses expositions personnelles et collectives en France et à l’étranger lui permettent alors de montrer son travail que l’écrivain Bernard Noël – préfacier de deux de ses livres — définit comme un « journal du regard ».
Durant cette période, il développe peu à peu un style photographique singulier caractérisé par son utilisation originale de la couleur et son intérêt pour la route, le paysage et le nu. Cette démarche l’inscrit dans la lignée d’une photographie d’auteur française (Bernard Plossu, Magdi Senadji) et peut également être rapprochée des travaux couleur de Saul Leiter et Todd Hido.
En collaboration avec Patrick Le Bescont et Anne-Lise Broyer, Nicolas Comment a par ailleurs créé la revue « Saison » aux éditions Filigranes et publie en 2006 le livre « Fading ».
En 2004, sa rencontre avec Rodolphe Burger le rapproche du monde de la musique, jusqu’à ce que le producteur Jean-Louis Piérot lui propose de l’accompagner dans la réalisation d’un projet musical personnel dont le CD-livre « Est-ce l’Est ? (Berliner romanze) », paru en 2008, constitue le premier volet.
En 2010, il publie le livre « La visite » (son hommage à Bernard Lamarche-Vadel) et réalise son premier album produit par Marc Collin, salué par la presse : « Nous étions Dieu » (Kwaidan / Discograph).
En 2012, il adapte en musique avec Xavier Waechter le dernier recueil de poèmes de l’écrivain Bernard Lamarche-Vadel « Retrouvailles », sorti en 2012 sur le label de jazz Bonsaï Music. La même année, il expose à Paris une nouvelle série d’images, fruit d’une résidence photographique effectuée au Mexique et publie le livre « Mexico City Waltz ».
En 2014, en marge de la publication du livre « T(ange)r » aux éditions Filigranes (accompagné d’une postface de Gérard Manset et d’un 45 tours collector contenant deux chansons inédites), il expose de décembre 2014 à janvier 2015 à la galerie 127 (Marrakech) une nouvelle série de photographies réalisées dans la ville de Tanger. Son deuxième album solo, « Rose planète », (Kwaidan / Because) sort en version CD en 2015 et en version 33 tours en 2016 (Mediapop). L’exposition collective « Being beauteous » (avec A.-L. Broyer, A. Da Cunha, M. Maurel de Maillé) poursuit sa route dans différents musées français pendant toute l’année 2015. En 2016, Nicolas Comment présente une vaste exposition en duo avec Bernard Plossu, « Identification d’une ville » et expose à Vichy, dans le cadre du festival Portrait(s), une nouvelle série de photographies. Ce dernier travail, « Milo », a également fait l’objet de la publication du livre « Milo (Songbook) » aux éditions Chic Medias.