Journal à rebours

1991-1999

  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours
  • Journal à rebours

Journal à rebours

1991-1999

« Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation » annoncait d’une voix blanche, Guy Debord dans son film La société du spectacle, en 1973, l’année de ma naissance. Vingt ans plus tard, débutait ma pratique photographique, consciente. Je ne m’étais, depuis, jamais retourné sur ces premières images. Il fallait donc bien qu’un jour je trouve le temps d’ouvrir ces archives. J’y ai trouvé ceci, scanné durant les nuits blanches qui suivirent la naissance de ma fille, à l’automne 2017. Des films en noir et blanc, réalisés à vingt ans avec un vieux Pentax K1000 et un Nikon Fm2 d’occasion sur d’antiques Tri X 400 Asa, ou HPS5 Ilford parfois poussées à leur limite : images granuleuses constituant les éléments d’une « photobiographie » que j’avais soigneusement laissé de côté et dont je me rends compte aujourd’hui qu’elle était sans doute au cœur de ma démarche.

Dans ce huis-clos intimiste qui se déroule essentiellement en province, des bords de Saône aux pentes de la Croix Rousse, à Lyon, l’hiver, la nuit, on croisera beaucoup d’amis, plusieurs autoportraits, quelques femmes, et certains des « maîtres anciens » que je m’étais alors choisis. On y trouvera également diverses notes, citations ou chansons retrouvées qui dormaient dans de vieux carnets, contemporains des prises de vues. N.C.

Parution
09/04/2019
Collection
Hors Collection
Format
150 x 210
Français
Broché avec rabats
112 photographies en bichromie
144 pages
ISBN : 978-2-35046-468-8
Commander

Nicolas Comment

Auteur, Musicien, Photographe

Photographe et auteur-compositeur, diplômé de l’École Nationale des Beaux-Arts de Lyon (1997) et de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (1999), Nicolas Comment publie son premier livre de photographies en 2001, aux éditions Filigranes : « La desserte » (texte d’André S. Labarthe), qui sera suivi par « Le point » en 2003 et « A*** » en 2004 (textes de Bernard Noël).
En 2005, sa rencontre avec Rodolphe Burger, puis avec Jacques Higelin et Yves Simon pour lesquels il travaille sur deux albums (« Amor doloroso » et « Rumeurs », 2006), le rapproche du monde de la musique, jusqu’à ce que le producteur Jean-Louis Piérot (Les Valentins / Daho) lui propose de l’accompagner dans la réalisation d’un projet musical personnel dont le CD-livre « Est-ce l’Est ? (Berliner romanze) », paru en 2008, constitue le premier volet.
En collaboration avec Patrick Le Bescont, Nicolas Comment a par ailleurs créé la revue « Saison » aux éditions Filigranes et publie avec Anne-Lise Broyer un livre sur la ville de Prague : « Fading » (2006).
En 2010, il enregistre un premier album produit par Marc Collin (Nouvelle Vague), qui sera salué par la presse : « Nous étions Dieu » (Kwaidan / Discograph).
En 2012, suite à la publication du livre « La visite », il adapte en musique, avec Xavier Waechter, le dernier recueil de poèmes de l’écrivain Bernard Lamarche-Vadel :
« Retrouvailles », qui sort sur le label de jazz Bonsaï Music. La même année, il expose à la galerie VU’(Paris) une nouvelle série d’images, fruit d’une résidence photographique effectuée au Mexique et publie le livre « Mexico City Waltz », chez Filigranes.
En 2014, parallèlement à la publication du livre « T(ange)r » (accompagné d’une postface de Gérard Manset et d’un 45 tours contenant deux chansons inédites), il expose de décembre 2014 à janvier 2015 à la galerie 127 (Marrakech) une nouvelle série de photographies réalisées au Maroc.
Son deuxième album solo, « Rose planète », (Kwaidan / Because) sort en version CD en 2015 et en version 33 T en 2016 (Mediapop) tandis que l’exposition collective « Being beauteous » (avec A.-L. Broyer, A. Da Cunha, M. Maurel de Maillé) poursuit sa route dans différents musées français pendant toute l’année 2015.
En 2016, Nicolas Comment présente à Paris une vaste exposition en duo avec le photographe Bernard Plossu, « Identification d’une ville ». Puis il expose à Vichy, dans le cadre du festival « Portrait(s) », une nouvelle série d’images consacrée à sa compagne, Milo, qui fait l’objet de la publication du livre « Milo (Songbook) » aux éditions Chic Medias.
En 2017, il obtient le prix « Résidence pour la photographie » de la Fondation des Treilles, ce qui lui permet de réaliser un nouveau travail photographique et musical sur les traces du poète rimbaldien Germain Nouveau durant l’année 2018.
Son « Journal à rebours (1991-1999) », constitué de ses premières photographies en noir et blanc et de textes d’archives, paraîtra en avril 2019.